1 ère MI-TEMPS

 

Peux-tu te présenter ? Lieu de naissance ? taille? Poids ? Droitier? Gaucher? Poste ? 

 

A.B : Je m'appelle Alexandre Barthe je suis né a AVIGNON, je mesure 1m84, je fais 78 kg, droitier, défenseur central.

 

Quelle est ta profession, enfin si tu considères ce sport comme une profession ?

 

A.B : Je suis footballeur professionnel et je considère le football comme un métier. C’est ce qui me permet de vivre depuis l’âge de 14 ans. 

 

Tu as commencé à quel âge?

 

A.B : J’ai débuté le foot à 5 ans l’Union Sportive Avignonnaise, mais je ne pouvais effectuer que les entraînements, étant trop jeune et l’âge légal pour jouer était de 6 ans à l’époque.

 

Et... dès tes débuts, tu souhaitais en faire ton métier ?

 

A.B : Pour la petite histoire, mon père m’a amené jouer au club d’Avignon. Tu sais, à 5 ans, on ne sait pas trop ce qu’on l’on veut faire comme sport, enfin…pour ma part. Et au fur et à mesure, ce sport me passionnait mais je ne m’imaginais pas en faire ma profession.

Pour te dire la vérité j’ai toujours voulu être maître-chien.

 

Peux-tu dévoiler ton club actuel ?

 

A.B : Je joue au LITEX LOVECH en ligue 1 Bulgare. Nous sommes actuellement 1er du championnat avec 4 points d’avance sur le second. Si nous finissons champion, nous jouerons les tours préliminaires de la champion’s league. L’année dernière, nous avons aussi gagné la coupe de Bulgarie et cela fait plusieurs années d’affilées, que le club joue la coupe de l’UEFA appelée Europa ligue depuis peu. 

 

Quel a été ton parcours pour arriver en Bulgarie, alors que tu étais jeune joueur à Avignon ?

 

A.B : A cinq ans, je m’entraînais à l’U.S.A. Un an plus tard, je suis parti joué à Montfavet. A sept ans, j’étais à la MJC AVIGNON. J’ai effectué une année au Pontet en moins de 13 ans, ensuite une année à Orange. Et à 14 ans, je suis parti en centre de formation à St Etienne. J’y ai joué six ans et ma formation m’a permis de jouer aussi en équipe de France chez les jeunes. Après St Étienne, j’ai joué deux ans à Rodez en national, qui fut mon dernier club sur le sol français. Je suis arrivé en Bulgarie grâce aux sélections en équipe de France. Je pense sincèrement que si je n’avais pas fait ces sélections… le club ne m’aurait pas pris parce que j’arrivais de la division nationale. Ils ont souhaité que je fasse un essai qui s’est très bien déroulé. A la suite de ce test concluant, ils m’ont proposé un contrat que je n’aurais surement pas pu avoir en France, alors j’ai signé tout de suite.

 

Tu n'as pas eu de contact en France ailleurs qu’à Rodez ?

Tu étais chez les verts, et avec tes sélections en équipe de France, cela n’était pas plus facile de trouver un club en France ?

 

A.B : J’ai eu des contacts, mais je suis parti de St Étienne, car la dernière année j’ai eu de nombreuses blessures. Les clubs ne voulaient pas forcément prendre de risques avec un joueur qui avait été blessé durant un an. Mais être parti à Rodez dans un club amateur, ça m’a redonné l’envie de jouer au football, et surtout, j’ai recommencé à prendre du plaisir. Je ne regrette pas du tout.

 

Ca a vraiment dû te changer d'une structure telle que St Étienne ?

 

A.B : Oui ça c’est sûr, mais je sais m’adapter très vite et comme je t’ai dit, j’ai repris plaisir à jouer au foot donc j’étais plus heureux dans ma vie.

 

C’était si dur, moralement, le centre de formation ?

 

A.B : (Sourire) Non c’était bien. Je me suis régalé, mais six ans en centre de formation à ne faire que du foot à ne jamais sortir, tu te sens un peu étouffé. C'est le coté que les jeunes qui envient les footballeurs pro ne voient pas … Oui c’est sûr, il y en a beaucoup qui ont craqué et qui sont rentrés chez eux. Ca n’est pas un monde facile, mais cela vaut vraiment le coup de s’accrocher et de ne pas lâcher prise.

 

Toi, tu as douté?

 

A.B : Franchement, je n’ai jamais douté de moi. C’est sûr que… quand tu sors d’un an de blessures, que tu te retrouves dans un club amateur, ça n’est pas facile de rebondir. J’ai eu la chance qu’ils veulent me voir à l’essai au LITEX. Quand je suis venu en Bulgarie, je peux te dire que j’avais la rage et que je savais que tout allait bien se passer. Un caractère assez fort… Mon caractère s’est forgé au fur et à mesure. Quand tu quittes ta famille très jeune, tu es obligé de te forger un caractère dur, sinon tu rentres chez toi au bout d’un mois. Et puis dans le monde du football, personne ne te fait de cadeaux alors il faut avoir la rage et surtout avoir confiance en soi. 

Vu de l’extérieur ce n’est pas la vision que l’on a de ce sport… Le football professionnel, je crois que c’est le sport collectif le plus individuel qui puisse exister. Je pense que c’est surtout par rapport au nombre de joueurs. Malheureusement, il n’y a pas de place pour tout le monde.

 

MI-TEMPS

 

Es-tu célibataire?

 

A.B : Oui

 

Ton alcool préféré ?

 

A.B : L’eau ! (Rires) Non je rigole ! même si cette réponse devrait être celle d’un sportif. Quand je suis avec mes amis en France, c’est le whisky. Sinon, quand je sors, j’aime bien boire du champagne.

 

Ta série préférée?

 

A.B : J’aime bien regarder « H ». Il faut dire qu’ici je n’ai pas trop le choix. Je n’ai pas beaucoup de chaînes françaises alors j’aime bien regarder « H » sur JUSTIN TV sur internet.

 

Tu collectionnes les maillots?

 

A. B : Non pas du tout. Dès que j’ai un maillot et que je sais qu’il y a un pote qui le veut je le donne.

 

Es-tu superstitieux au point de mettre toujours le même slip pour les matchs?

 

A.B : Oui je suis superstitieux. Mais pas au niveau des sous-vêtements. Je n’aime pas les slips (rires). Mais... j’ai mes petits trucs... à moi!

 

La communication avec ton coach et tes partenaires fut compliquée à ton arrivée?

 

A. B : Pour communiquer au début ça n’était pas évident, étant donné que je ne parlais pas du tout anglais et encore moins Bulgare. Mais il y a un traducteur dans le club pour les étrangers, c’était une grande aide. Et puis j’ai appris rapidement et maintenant je parle couramment la langue bulgare.

 

 

Pourrais-tu écrire une phrase en bulgare?

 

A.B : Zdravei az sam alex priqtno mi e. ( « Bonjour je m’appelle alex, enchanté ») (rires) !

C'est surprenant !

 

A.B : Ouais assez!(Rires)

 

Es-tu sollicité lors de tes sorties ?

 

A.B : Le football est le sport premier en Bulgarie comme dans beaucoup de pays et c’est sûr que dans la rue les gens vous abordent facilement et c’est toujours plaisant.

 

2ND MI-TEMPS

 

Le joueur que tu as rencontré qui t'a vraiment impressionné ?

 

A.B J’ai joué contre Rivaldo l’année dernière. J’ai eu la chance de jouer contre Ronaldinho quand il jouait au BARCA avec St Etienne et, franchement, il était vraiment impressionnant.

 

A ce point ?

 

A.B : Je peux te dire que tu as besoin de bons kinés à la fin du match parce qu’il te casse le dos à chaque prise de balle. (Rires) Ah oui, j’ai oublié Yoann Gourcuff et lui aussi c’était vraiment bien de jouer à ses côtés. Il te facilite vraiment un match.

 

Tu as joué en sélection avec Yoann Gourcuff ?

 

A.B : Oui, nous étions dans la même chambre en sélection.

 

Tu penses rester longtemps en Bulgarie ?

 

A.B : J’ai encore deux ans de contrat ici, mais je peux partir cet été s’il y a un transfert. J’ai la possibilité de prolonger aussi.

 

Tu envisages un retour en France ?

 

A.B : J’ai eu des contacts avec des clubs de ligue 2 en décembre dernier, mais je ne rentrerai pas en France pour jouer en ligue 2 , en tout cas pas pour le moment. D’abord, pour des raisons sportives bien sûr, mais, je ne vais pas te mentir aussi pour des raisons financières.

 

Et des contacts avec d’autres clubs étrangers ?

 

A.B : Mon club m’a dit qu’il avait eut des contacts avec des clubs étrangers, mais bon, pour le moment il me reste un mois et demi ici avant la trêve et je veux rester concentrer sur mon championnat. Et puis, je suis bien dans mon club pour le moment, nous verrons bien la saison prochaine !

 

Tu penses à ta reconversion parfois, ou pas du tout ?

 

A.B : J’ai déjà obtenu un brevet d’état, mais pour le moment je n’y pense pas. J’essaye d’assurer mes arrières pour être le mieux possible à la fin de ma carrière. Ensuite je verrai…

 

Une journée type pour toi en tant que footballeur professionnel ?

 

A.B : Je me lève vers 9 H 00, j’ai entrainement de 10 H 30 jusqu’à 12 H 00. Ensuite je mange, je fais la sieste et je reprends l’entrainement de 17H 00 à 18 H 30. Mais ça, ce sont les grosses journées (Rires) En fin de semaine, nous avons seulement un entraînement par jour et quand on joue le samedi ben … le dimanche nous allons juste au stade pour des massages et des soins et la journée est terminée. On ne peut pas dire que je fasse 35 heures. (Sourire)

 

Tes prochaines vacances, tu vas faire quoi ? Tu penses passer à Avignon ?

 

A.B : Nous finissons notre saison le 15 mai. Je rentrerai à Avignon voir ma famille et ensuite je pars 15 jours à St Martin puis une semaine à St Barth dans les îles, avec des amis.

 

Mes dernières questions…

Tes pronostics pour le championnat de France, la ligue des champions, la coupe du monde, le meilleur buteur de la coupe du monde ?

 

A.B : Champion de France… j’aimerais que Marseille soit champion parce que j’aime leur jeu, mais je pense que Bordeaux le sera. La ligue des champions… j’aimerais voir un club français la gagner, peu importe Lyon ou Bordeaux, mais je vois plus un club comme Barcelone ou l’Inter Milan remporter la coupe.

La coupe du monde : l’Espagne !

Le meilleur buteur de la coupe du monde : Fernando Torres

 

Nous avons continué à discuter de tout et de rien… J'ai découvert un gars super, à l'écoute et disponible malgré la distance et ses déplacements.

 

Bien sûr je vais essayer de vous donner de ses nouvelles, suivre ses performances.

 

 

                                                                                           Yugnat I

Écrire commentaire

Commentaires : 0