Vendredi 12 février

 

Nous avions convenu par le biais réseau MSN et grâce au téléphone portable de ne se déplacer qu’avec une seule voiture et de manger ensemble. Je suis allé à sa rencontre, chez lui, il devait être... 20 h 15 et nous avons pris la direction du centre-ville d’Avignon.

En chemin notre discussion portait sur sa dernière bonne performance du 6 février 2010 à Lyon au palais des sports de Gerland, sur son petit coup de fatigue en début de semaine et ses vacances et bien d’autres choses…

Devant un snack, de la gare routière d’Avignon :

Je commande un maxi kebab frites, tomate, oignons, sauce mayonnaise et un coca, Nazih lui prend un sandwich à l’escalope sauce samouraïl, une canette d’oasis et puis nous choisissons de prendre en déssert : cinq muffins.

 

Tu ne fais pas attention à ton poids ?

 

  N.A : Si, si, mais je m’arrange toujours pour être au poids au dernier moment, c’est mon gros défaut. Je suis tout fin mais je suis aussi un véritable aspirateur de nourriture. D’ailleurs ma mère surveille aussi que je sois au poids, enfin elle me dit de faire attention. Nous avons repris la voiture et nous nous sommes dirigés vers l’île de la Barthelasse L’interview a débuté là-bas.

 

1er round

 

Pour ceux qui ne savent pas qui tu es, peux-tu te présenter ?

 

N.A :Je m’appelle Amari Nazih, j’ai 18,5 ans je suis né à Avignon, je suis en terminal bac pro comptabilité je fais du taekwondo cela fait 13,5 ans et depuis la semaine derniere je suis vice champion de france séniors en -58 kg. Le taekwondo est un art martial coréen Tae : pied Kwon : poing Do: l’esprit, la voie

 

Comment as-tu découvert le taekwondo?

 

N.A :Grâce à mon père, il m’a emmené chez Driss (un entraîneur très connu sur Avignon) je suis resté dans les gradins. Il m’a proposé de venir essayer, à peine âgé de 5 ans j’avais très peur je suis donc resté assis. La semaine suivante j’ai demandé à mon père de m’y emmener à nouveau. On y apprenait à faire le grand écart, on donnait des coups de pieds dans tous les sens cela m’amusait. Mais à côté je faisais un autre sport : du football. Tu sais faire les deux cela n’était pas top, un exemple : je me blessais au foot, ce après quoi je filais au taekwondo (Rires) ça n’allait pas et mon père m’a demandé de choisir. J’aimais bien le football, mais je ne peux pas l’expliquer, j’ai choisi le taekwondo. Enfin tout ceci pour te dire, que c’est grâce à mon père que j’ai découvert le taekwondo.

 

Au départ c’était juste un loisir ou tu as tout de suite été attiré par la compétition ?

 

N.A : Au départ, seulement un loisir, qu’un loisir…mais ensuite j’ai changé de club je suis allé chez James et Samy schiavo (au pont des deux eaux) à l’âge de 10 ans et là-bas j’ai débuté la compétition. Ma première compétition je m’en souviens j’étais minime c’était l’Open international de Marseille je me suis fait allumer (Eclats de rires).J’ai perdu face à un combattant d’Andorre. Mais j’ai enchaîné d’autres compétitions : le championnat du Vaucluse que j’ai gagné, l’open d’Hyères où j’ai fini 2e. Et de la j’ai kiffé la compétition combat en taekwondo.

 

Tu fais de nombreuses compétitions, exemple : Le tournoi international de Paris Les championnats de France espoirs en Alsace Les championnats de France seniors à Lyon et bien d’autres

Comment tu fais pour financer les déplacements, l’hébergement ?

 

N.A :C'est le club qui prend tout en charge et aussi grâce aux subventions. C’est clair que sans ça je ne pourrais rien faire, je ne peux pas demander à mes parents de financer : les déplacements en train, puis l’hôtel et tous les autres frais.

 

J’ai eu l’occasion de te voir en compétition, tu rigoles, tu plaisantes avec tes potes et ce même avant une finale.

C’est une drôle de préparation, non ?

 

N.A : Ca c’est pour…, c’est pour… (Rires) c’est ma manière de me préparer. C’est en restant avec mes potes, en délirant, en pensant à autre chose sans bien sûr oublier mon prochain combat que je me prépare mentalement. C’est mon petit truc, c’est la préparation Nazih (rires). 

 

2ème round

 

Ton plus gros défaut ?

 

N.A : Je suis curieux et pourtant ma mère me répète souvent que ça n’est pas bien !

 

Ton sportif préféré ?

 

N.A : Un iranien Hadi Saei un champion en taekwondo. Il a arrêté il y a un an à peu près, il a gagné les derniers jeux olympiques, face à un italien. Un très bon combattant, j’aime son style!

 

Ton film préféré ?

 

N.A : Il est ancien ce film… Yamakasi ( éclats de rires)

 

Yamakasi ?!

 

N.A : Non, j’aime ce film pour les Yamakasi et non pour l’histoire. Ils sautent, s’accrochent partout c’est beau à voir.Slumdog millionnaire c’est aussi un film que j’aime, je l’ai regardé avec ma mère et ma sœur, j’ai été ému. C’est un bon film ! Tu l’as vu ou pas ?

 

Non ! ça n’est pas mon le genre de film que je regarde.

 

  N.A : Regarde le tu vas être surpris, mais attends j’ai dit ému tout à l’heure, mais je n’ai pas pleuré !(Rires) Ong bak est un bon film de combat,ça me tenait tellement à cœur de le voir que j’y suis allé seul au cinéma, car mes amis n’ont pas voulu y aller.

 

Ton plat préféré ?

 

N.A : Les lasagnes de ma maman et son couscous. J’avoue que j’adore les pâtes.

 

Tu es ceinture noire, tu entraines, tu combats, est-ce que c’est plus facile avec les filles ?

 

N.A : Nonnnnnnnnnn ! Je ne dis pas que je fais du taekwondo, je n’en parle pas, je ne dis rien !

 

As-tu une couleur favorite entre le bleu et le rouge quand tu combats?

 

N.A : Je ne suis pas superstitieux mais j’aime porter le plastron du côté rouge (sachant qu’il est réversible). Je m’entraîne souvent avec le côté rouge, c’est juste une question de préférence.

 

Il y a une nouveauté au taekwondo : les plastrons électroniques

Est-ce que ça change ta façon de combattre ?

 

N.A : Aux derniers championnats de France nous avions les plastrons de marque DAEDO et ça n’a absolument pas changé ma manière de combattre, mais par contre les plastrons de marque ADIDAS m’ont obligé à envoyer des coups de pieds puissants que l’on utilise généralement pour repousser l’adversaire. Les plastrons sont réglés différemment il faut s’adapter.

 

Les personnes qui t’ont permis d’atteindre ce niveau ?

 

N.A : Il y a beaucoup de monde, j’espère n’oublier personne:

-mes parents (mon père m’a emmené au taekwondo, ma mère surveille mon poids). -mon entraîneur Sébastien Lorant (Entraîneur du Taekwondo club de PERTUIS).

-on entraîneur Driss, (Il a formé beaucoup d'élèves sur Avignon).

-mes entraîneurs Samy et James schiavo(de grands combattants).

-Ali Tyzra (combattant et coach). Magali et encore énormément de gens c’est grâce eux mes bons résultats.

 

Où l’on peut te croiser à Avignon ?

 

N.A : Un peu partout, j’aime sortir, bouger. Ouais… tu peux me croiser un peu partout à Avignon, mais surtout à l’entraînement. (Sourire)

 

3ème round

 

Dans le club où tu entraines avec ton ami Ali, est-ce que vous acceptez les débutants ?

 

N.A : Oui bien sûr ! On accepte tout le monde, sans débutant, il n’y a pas de taekwondo. Tout le monde est le bienvenu que tu sois ceinture blanche, noire, jaune, verte, bleue, rouge : il faut de tout dans un club.

 

Quels conseils à donner à un débutant ?

 

N.A :Il faut être persévérant, tu ne peux pas arriver et dès les premiers cours savoir faire tous les coups de pieds, que les élèves gradés effectuent. Il faut être patient et s’entraîner, le résultat ne vient pas d’un coup.

 

As-tu des adresses sur Avignon et ses alentours pour pratiquer cet art martial qu’est le taekwondo ?

 

N.A : Le taekwondo SORGUES ! ! ! Le mardi et vendredi de 20h00 à 22h00 n’oubliez pas(Rires). Le club du Pont des deux eaux. Le club de Morières. Le taekwondo club de Pertuis.

 

Alors que les autres sportifs de haut niveau, s’entrainent avec des structures misent à leur disposition, toi, tu attends des coups de téléphone, des agences d’intérim durant tes vacances scolaires, ça ne facilite pas ta préparation physique et technique pour tes compétitions.

 

N.A : Ouais c’est vrai, j’ai des potes sur MSN qui me disent, qu’ils doivent quitter la discussion car ils vont s’entraîner alors que moi je dois aller chercher du boulot c’est sûr ce n’est pas évident, mais je me débrouille. Oui j’aimerais trouver une solution et pouvoir m’entraîner correctement comme eux , je ne peux pas demander de l’argent toute ma vie à mes parents. C’est bien beau l’entraînement, mais quand tu n’as pas le choix…Il ne faut pas oublier que tu as aussi une vie à côté.

 

Tes projets pour l’avenir ?

 

N.A : J’espère faire du sport mon métier passer des diplômes pour être par exemple : professeur de sport et sur le plan sportif je pense faire une compétition en Corse, je veux être aussi titulaire de ma catégorie donc champion de France seniors et rentrer en équipe de France mais j’attends aussi un petit signe (sourire)…inch’ Allah !

 

SON PALMARES :

 

Champion du Vaucluse minime -43kg 2003

Champion Paca cadet 1 -48kg 2005

Champion Paca cadet 2 -51kg 2005

Champion Paca junior -55kg 2007

Champion de France espoirs 2009

Champion paca seniors -58kg 2009

3ème championnat de France cadet 1 -48kg

2eme championnat de France cadet 2 -51kg

3ème championnat de France juniors -55kg

2ème championnat de France seniors-58kg 2010

2ème Open de Hyères minime -45kg

2004 1er Open de Hyères cadet 1 -51kg

2005 2ème Open Paca cadet 2-51kg

2006 1er Open de nice cadet 2 -51kg

2006 3ème Open de Toulouse juniors –55kg

2006 1er Open de Montpellier juniors –55kg

2008 1er Open d’Alsace juniors-55kg

2008 1er Open de Marseille juniors -55kg  

 

 

 

                               PROVENCE TAEKWONDO CLUB

             Salle des Arts Martiaux Lycée Professionnel de la plaine Sportive

                                            Sorgues

                             Toutes les infos sur www.fftda.fr

 

 

                                                                                             Yugnat.I

Écrire commentaire

Commentaires : 0